Des lieux de vie, un lieu de soins.....

  Foyer les Thuyas 

  32490 Monferran-Savès

Création gratuite et simple

Lancez-vous

Sommaire

Introduction                                                                                                                                                                     

 

D’où venons nous ? 

Pourquoi un projet d’établissement ? 

La méthode d’élaboration adoptée                                                                                               

 

Chapitre 1 : Les éléments constitutifs du cadre de notre action  

       

      1. La mission de l’établissement et son cadre  statutaire                                    

      2. Les publics accueillis                                                                                                           

                    2.1. les données administratives                                                                            

                    2.2. les données épidémiologiques   

                    2.3. les données sociologiques  

       3. Les valeurs qui fondent notre action                                                                               

 

Chapitre 2 : Orientations éducatives et thérapeutiques     

                            

      1. Prendre soin, quel regard ? 

      2. Les orientations des projets de services  

                    2.1. Des lieux de vie…un lieu de soin,

                    2.2. La formation des groupes de résidents 

                    2.3. Dépendance et autonomie 

                    2.4. Interdisciplinarité et processus de bientraitance  

        3. Prendre soin, « une démarche éducative »  

                   3.1. Définition des objectifs

                   3.2. Présentation des moyens 

                                3.2.1. l’équipe éducative

                                3.2.2. le projet personnalisé, avis et consentement 

                                3.2.3. la notion de référence 

                                3.2.4. les espaces d’activités, les temps de vie quotidienne

                                3.2.5. les espaces de réunion et de conceptualisation.                

 

      4. Prendre soin, « une démarche médico psychologique »  

                    4.1. Introduction 

                    4.2. Les psychologues et la psychomotricienne

                    4.3. Les objectifs de la prise en charge médicale

                                 4.3.1. Les objectifs de la prise en charge

                                 4.3.2. l’évaluation médicale

                    4.4. Présentation des moyens   

                                 4.4.1 L’équipe du service soins

                                 4.4.2. les outils        

                                                                                                                             

 Chapitre 3 : Les moyens de la structure au service du « prendre soin »          

 

      1. Prendre soin : le projet social       

                    1.1. Effectifs, budget, cadre règlementaire

                                 1.1.1. le tableau des effectifs 

                                 1.1.2. évolution du budget hébergement et soins

                                 1.1.3. le cadre règlementaire     

                                 1.1.4. les instances représentatives

                     1.2. Le projet social

                               1.2.1. mobiliser les ressources humaines 

                               1.2.2. la formation 

                               1.2.3. les perspectives                                                                                                            

 

      2. Prendre soin : les fonctions hôtelières, logistiques et de veille             

                      2.1. Prendre soin : quel rôle pour les fonctions hôtelières et logistiques                                   

2.2. Le Service entretien                                                                          

2.3. Le Service buanderie                                                                         

2.4. Le Service administratif.                                                                    

2.5. Le Service atelier et maintenance                                                       

2.6. Le Service cuisine                                                                             

2.7. Le Service veille                                                                                                                        

 

Chapitre 4 : Prospective et conclusions 

 

      1.Nous sommes toujours sur l’Humain 

      2.Prospective :                                                                                           

2.1 Prendre en compte l’évolution des besoins des résidents            

2.2 Prendre en compte l’évolution du contexte

3. Conclusions 

  

  

Introduction

 

 

          D’où venons-nous ?

 

D’une compréhension très altruiste voire vocative de notre engagement professionnel : « Vous faites le bien, donc vous le faites bien… » nous avons été projetés vers une obligation de professionnalisation au travers de l’évaluation, des démarches de projet, de la formation continue, des protocoles, de la démarche qualité. D’une situation de quasi invisibilité sociale, isolée des facteurs politiques, sociaux, culturels et économiques… notre secteur a été invité à rejoindre un réel social  et à y faire sa place. Cette mutation structurelle sans précédent depuis la création de notre secteur a eu un impact direct sur l’ensemble des relations interpersonnelles qui structurent les liens professionnels, les liens affectifs, les fondements des actions éducatives et thérapeutiques. 

 

De l’institution totale telle que la dépeignait  E. Goffman[1]  nos structures ont dû faire place à l’individu, passer d’un tout collectif répondant à toutes formes de besoins, pour en venir à une volonté d’individualisation propice à l’exercice total des libertés individuelles.

 

Cette mutation est passée par celle de l’équité de droit en faisant appel à la notion de citoyenneté : si usager comme encadrant nous sommes tous à égalité de droits, alors qu’est-ce qui me donne le droit « d’imposer quoi que ce soit ?  De faire selon ma seule volonté ? De soumettre à mes seules propres valeurs, à ma représentation intime du monde, de ce qui est bien, de ce qui est mal ? »

 

Ainsi ce qui aujourd’hui paraît comme une évidence : accès à la vie affective et sexuelle, mixité, démarche de contractualisation, qualité de prestation, collecte des avis, des désirs, des besoins, travail d’équipe, volonté de débats, gestion des conflits, recherche de consentement…n’est en fait que la résultante d’un long processus de modification de la structure et de l’ensemble des relations sociales. Certes engagées de manière plus volontariste depuis la mise en œuvre de la loi 2002-2, ces modifications s’appuient sur un travail de professionnalisation et d’humanisation des pratiques beaucoup plus ancien.

 

Si l’usager citoyen durant ces dernières années a pu être à quelques reprises l’objet d’enjeux institutionnels, et s’ il est évident que des processus de résistance au changement (somme toute assez naturels et facilement repérables) ont pu à plusieurs reprises interroger la pertinence de ces changements, les freiner, les mettre en échec, au final, et la quasi-totalité des projets personnalisés en sont à ce jour la preuve, l’usager citoyen reçoit une prestation qui implique une amélioration quasi- permanente de sa qualité de vie.

 

L’établissement des  Thuyas , pendant plusieurs années,sur le début de la période du Projet d’Etablissement  précédent (2001-2008), a accueilli 84 adultes en situation de handicap. Nous avons décidé de nous en tenir à l’accueil de 81 personnes, conformément à notre agrément, dont 45 "médicalisés" depuis 1995, avec un 46ème en 2007. Au cours de cette période, le nombre de personnels est passé  de 77,5 ETP en 2001 à 97,35 ETP en 2007. Cette progression s’est accompagnée de la mise en place des référents autour de projets personnalisés, de la réorganisation de certains services, de la reconstruction de la buanderie et de la construction de 24 chambres individuelles.

 

Ces actions ont généré une plus grande qualité d’accompagnement, une ambiance plus familiale et l’amélioration des relations avec les familles.

 

Une grande majorité des objectifs du projet (2001-2008) a été réalisée, tout en intégrant un changement d’équipe de direction, l’arrivée de nouveaux professionnels et la promulgation des lois 2002 et 2005 en faveur des personnes handicapées.

 

En 2004, nous avons engagé ce que nous avons appelé la « restructuration », opération qui a concerné 60 résidents. En ont découlé :

     -  la rénovation de certains locaux,

     -  la mise en place de l’évaluation interne,

     - le projet du Service Soins, la mise en place de référents infirmiers, des dossiers médicaux et des protocoles dans le domaine du soin,

     - une réflexion plus aboutie sur les droits et libertés des résidents en lien avec la loi de 2002,

     - la mise en place d’activités de travail rémunérées pour les résidents les plus autonomes,

     - une approche et une acceptation de la sexualité des résidents.

Ces évolutions, ainsi que le questionnement permanent de nos pratiques, constituent les fondements de la réinterrogation du Projet d’Etablissement et de sa réécriture.

 

          Pourquoi un Projet d’Etablissement ?

 

Sa réécriture est pour autant un moment très important. Au-delà d’une déclaration d’intention, le Projet d’Etablissement consiste à « se projeter », à « se jeter en avant ». Il requiert un objectif précis et une stratégie qui guide l’action. Il précise le positionnement de l’établissement  et son évolution au travers de son histoire.

 

Il convient de bien situer le territoire dans lequel s’insère l’établissement, et de cerner notamment la fonction sociale et économique qu’il peut jouer au regard de la population, de son évolution et des partenaires existants.

 

Notre projet vise à définir l’offre de prise en charge (les prestations qu’il entend proposer et  développer) en réponse aux besoins et aux attentes des personnes accueillies. Il est constitué d’un ensemble d’objectifs coordonnés, orientés vers une prise en charge personnalisée des résidents. Il précise les moyens et outils qui vont permettre la mise en œuvre de ses intentions.

 

Il engage l’ensemble des personnels ; il est garant d’une qualité de service et conditionne l’image de l’établissement vis-à-vis des résidents, des familles, des élus de la commune, des autorités de tarification, des partenaires et du public en général. Il constitue pour les professionnels, un élément de repères, de motivations et de mobilisation. C’est l’occasion d’aller plus loin dans une construction partagée  du socle des valeurs et de l’éthique professionnelle qui sous-tendent  notre travail.

 

Enfin, s’il constitue un document de référence, il n’est cependant pas un document figé et doit pouvoir prendre en compte les évolutions du contexte au sens large et l’évolution des besoins des résidents.

 

 

La méthode d’élaboration adoptée

 

L’équipe de direction n’a pas fait le choix d’avoir recours à un prestataire extérieur pour l’élaboration du Projet d’Etablissement. Tout au contraire, ce qui a été choisi, c’est la réécriture totale du projet par l’établissement en mobilisant une part importante des personnels.

 

Un Comité de Pilotage présidé par le Maire de Monferran-Savès, composé de plusieurs membres du personnel, de deux parents et d’un résident, a été constitué. Il a défini l’architecture générale du chantier, le calendrier de réalisation,  la thématique des groupes de travail et leur composition.

Il a été constitué 8 groupes de travail  regroupant  des professionnels de l’établissement, des résidents, des partenaires et personnalités extérieures. Au total un peu plus de 50 personnes ont apporté leurs concours et leur contribution à ce projet autour des axes suivants :

      - Positionnement de l’établissement,

      - Prospective et développement,

      - Prendre soin le rôle de l’éducatif, le projet personnalisé et l’harmonisation des pratiques professionnelles,

      - Système de recueil des avis des résidents,

      - Communication interne et externe,

      - Projet social,

      - Prendre soin, rôle des soignants,

      - Prendre soin, le rôle de la logistique.

Ces  groupes de travail ont été repris en tant que tel dans le document, ou bien ils le parcourent de manière transversale.



[1] E.Goffman « Asiles »

  

  

     Chapitre 1: Les éléments constitutifs du 

                         cadre de notre action

  

1.     La mission de l’établissement et son cadre statutaire

 

Le Foyer d’Accueil Médicalisé «  Les Thuyas » est un établissement public dépendant du CCAS de Monferran-Savès.

Il est régit par le titre IV de la fonction publique hospitalière, fonction publique qui a pour vocation d’être au service de tous, et contribue à l’accès des citoyens à leurs droits fondamentaux.

Elle assure l’égalité de traitement  de tous, quel que soit son parcours.

Nous en portons une conception moderne, proche et solidaire. De par son financement public à la fois par le Conseil Général et la Sécurité Sociale, elle appartient à la collectivité.

Nous sommes de fait attentifs à l’utilisation de cet argent public et à la qualité des services rendus.

Le statut des personnels porteur de droits et de devoirs contient le socle d’une fonction publique ouverte à tous.

 

Quelques points de repères historiques : c’est en 1995, que nous avons connu notre configuration actuelle, foyer d’hébergement et foyer d’accueil médicalisé avec un agrément de 81 places, 46 résidents sur les 81 sont médicalisés.

 

Le budget de l’établissement  découle d’un prix de journée fixé par le Conseil Général du Gers qui avoisine les 142 € par jour et par résident, ainsi que par un forfait soin fixé par la DDASS de l’ordre de 61 € par jour pour les 46 résidents médicalisés.

 

Nous disposons donc d’un budget principal et d’un budget annexe, dont le total dépasse maintenant les 4 millions d’euros par an.

 

Nos principales missions sont :

accueillir dans un lieu de vie adapté, proche du cadre familial et dans le respect des droits de la personne.

accompagner et animer la vie au quotidien en favorisant un maintien d’autonomie, par une prise en charge individualisée et stimulante.

proposer aux résidents un plateau d’activités découlant du projet personnalisé qui est le leur.

favoriser la socialisation par le maintien des liens familiaux, des relations de l’environnement extérieur, en participant aux diverses manifestations (culturelles, festives et sportives).

assurer un suivi médical et paramédical régulier dans le cadre du projet relatif au service soins.

 

              2. Les publics accueillis

 

La connaissance des publics accueillis représente le fondement de notre réflexion et des principes qui guident notre action. Cette connaissance s’appuie sur des données administratives, des données épidémiologiques et des données sociologiques.

 

            2.1. les données administratives

     - Les trois-quarts des résidents sont des hommes.

     - La moitié des résidents sont originaires du Gers et un quart provient d’autres départements de Midi-Pyrénées.

      - Plus de la moitié des résidents (55.5%) sont médicalisés.

      - 20% des résidents sont arrivés il y a plus de 40 ans ; plus de la moitié  ont entre 20 et 40 ans de  présence ; 17% sont aux Thuyas depuis 10 à 20 ans. Huit résidents ont été accueillis il y a moins de 10 ans. 

     - 55% des résidents ont entre 40 et 50 ans. 22%,  entre 50 et 60 ans. Les 30/40 ans  représentent 18.5%. La moyenne d’âge est d’un peu plus de 45 ans. 

En 2013 (terme du projet d’établissement 2009/2013)  la tranche des 40/50 ans ne représentera plus que le tiers, celle des 50/60 ans  représentera la moitié des résidents.

 

           2.2. les données épidémiologiques

 

Le Foyer des Thuyas accueille des personnes adultes qui souffrent principalement de déficiences mentales et de troubles psychiques. Les épilepsies sont fréquentes et souvent difficiles à contrôler par les traitements anticonvulsivants. Une dizaine de personnes sont atteintes de Trisomie 21. Quelques unes ont des troubles génétiques avérés plus rares.

Les troubles psychiques sont donc souvent intriqués aux déficiences, sans forcément en découler. L’ensemble de ces pathologies entraîne un défaut d’autonomie dans la vie individuelle et sociale et une dépendance d’autrui dans la vie quotidienne, de manière plus ou moins accusée.

 

1°) Les déficiences intellectuelles ou mentales touchent près de 60% des résidents. Elles font suite souvent à des encéphalopathies congénitales ou de la petite enfance, d’origine infectieuse, génétique, obstétricale, traumatique…Elles peuvent être classées suivant une échelle d’intensité  de  légère  ( 15% des  résidents)  à moyenne ( 45%) et à  sévère (40%). Il faut garder à l’esprit que les causes de ces déficiences sont multifactorielles  (encéphalopathies, anomalies génétiques, troubles psychiques…), et donc très différentes d’une personne à l’autre : la déficience mentale d’un sujet autiste est d’un tout autre ordre que celle d’un sujet trisomique.

 

2°) Les troubles psychiques sont d’une grande diversité et touchent tous les résidents de manière plus ou moins accentuée. Ils vont d’une atteinte grave de la personnalité (troubles autistiques et schizophréniques), à des pathologies moyennes (troubles limites), et des troubles anxieux ou dépressifs plus ou moins envahissants. Les troubles caractéristiques du comportement (troubles dyssociaux ou psychopathiques) sont peu fréquents aux Thuyas. Les troubles dépressifs ne sont pas rares, mais ne sont pas pour autant prévalents, hormis dans quelques cas de pathologies intriquées. Tous ont en commun, à une ou deux exceptions près, la précocité de leur survenue.

 

    a) Troubles autistiques et apparentés : 25% des résidents.

Les classifications modernes articulent leurs descriptions en une « triade symptomatique » : altération du contact, de la communication et du comportement (activités répétitives et restreintes) :

- le retrait social est le phénomène le plus marquant,

- les troubles cognitifs et praxiques sont prévalents,

- les stéréotypies comportementales sont les activités les plus constantes.

 

Certains de ces troubles peuvent être considérés entre autisme et schizophrénie, surtout dans leurs aspects relationnels : relation éludée ou partielle, déconcertante, décalée, ambivalente (étreindre et mordre, caresser et griffer, prendre et agripper, s’approcher et rejeter, accepter et refuser, susciter de l’attention et de la colère). Ces pathologies toujours d'apparition précoce sont évolutives, avec l'aide souvent d'un traitement psychotrope, et surtout d'un encadrement éducatif et thérapeutique attentif, stable et prévenant.

 

b) Troubles schizoïdes ou schizophréniques : 25% des résidents 

Ces troubles sont très envahissants, et améliorés par l’action conjointe des traitements psychotropes et du suivi éducatif et psychothérapeutique. Parfois donc l’évolution du trouble ne laisse que des aspects schizoïdes à la personnalité ; à ce moment-là la pathologie se rapproche des troubles dits limites. 

 

    c) Troubles limites : 35% des résidents 

Il faut entendre par là des troubles émotionnels envahissants, avec une grande dépendance affective à l’autre, des troubles de l’identité, des angoisses d’insécurité parfois dépersonnalisantes, une inadaptation au monde. Ces troubles plus ou moins invalidants, font parfois suite à des troubles schizophréniques en rémission, et nécessitent des traitements, avec une présence éducative suffisamment sécurisante et ouverte ainsi qu’un suivi psychothérapeutique.

 

    d) Troubles anxieux : 15% des résidents

Quelques personnes souffrent de troubles anxieux plus banals de type simple. Ils nécessitent aussi des traitements plutôt anxiolytiques. A eux seuls bien sûr, pas plus que les troubles limites, ils ne justifient un placement en foyer. Mais ils se surajoutent à des pathologies déficitaires, intellectuelles ou neurologiques, invalidantes.

Dans l’ensemble, 70% des résidents prennent au moins un psychotrope au quotidien, dont plus de la moitié un traitement neuroleptique (antipsychotique).

 

      3°) Trisomie 21 : 10% des résidents 

Les résidents atteints de cette pathologie chromosomique relativement fréquente (1/500), souffrent de déficience intellectuelle moyenne à sévère.

 

     4°) Epilepsie : 35%des résidents

Tous ces troubles sont intriqués, ce qui donne lieu à des pathologies parfois extrêmement complexes : une souffrance cérébrale néonatale peut entraîner des déficiences neurologiques, sensorielles, endocriniennes, intellectuelles, qui peuvent venir se compliquer de troubles autistiques ou schizophréniques ; une trisomie 21 peut s’aggraver d’autisme ; une déficience mentale légère peut tourner à l’inadaptation par le fait d’une schizophrénie ; une schizophrénie entraîne une déficience intellectuelle chez des personnes qui avant le trouble ne manifestaient aucune sorte de déficience. Les troubles psychiques eux-mêmes ne se laissent pas toujours résumer à une catégorie simple…

 

En tout état de cause, le type et la gravité des troubles et des déficiences imposent des suivis éducatifs et thérapeutiques différenciés : une pathologie autistique nécessite un type de relation très différent d’une pathologie limite ; une déficience mentale sévère nécessite un accompagnement important au quotidien et un travail sur les apprentissages possibles ; une déficience mentale moyenne ou légère réclame un accompagnement davantage tourné vers une autonomie etc. 

 

          2.3. les données sociologiques

 

La lecture des parcours de vie, des antécédents institutionnels nous permet d’éclairer le sens de nos pratiques. En effet, se dégagent de cette lecture deux types de critères qui peuvent guider nos projets et nos actions futures :

 

1. l’intensité plus ou moins grande des liens entre les résidents et leur famille,

2. l’évolution en âge des résidents ainsi que l’élargissement de la notion de la famille qui s’en suit.

 

 Même si chaque réalité individuelle au travers de la mise en œuvre des projets personnalisés ne peut être « calquée » sur une autre, la population des résidents accueillis au sein de l’établissement, se répartit en deux  grands cas de figure : soit le résident bénéficie d’un maintien des liens familiaux, soit le résident a peu ou pas de relation familiale.

 

      Des résidents bénéficiant d’un maintien des liens familiaux:

 

Pour ces résidents on constate un parcours où se mêlent retour en famille, scolarité, IME, CAT, Foyer. Le parcours institutionnel est suivi, les retours en famille pour des visites ou des vacances sont fréquents, les familles sont investies dans le placement de leur enfant. On pourrait penser que ces familles s’approprient l’établissement, aient une relation critique, soient en demande, interrogatives sur tel ou tel projet ; or elles subissent l’impact du manque de place dans les institutions. Cette situation de non concurrence ne leur permet que peu d’injonctions (de peur souvent inconsciente que ces critiques ne mettent en péril la prise en charge de leur enfant).

La principale difficulté rencontrée dans la relation d’accompagnement avec ces résidents est le syndrome chronicisant de « l’enfant éternel » qui ne peut que très difficilement se distancier de la sphère familiale pour se construire une vie et des relations parents/enfant dépassant l’œdipe.

Après un long travail d’appropriation de son espace privatif J.L (plus de trente ans dans l’institution…) rentre un week-end sur deux dans sa famille, toujours en disant aux éducateurs « ce soir je rentre chez moi ! ». Mais ce type de relation peut aussi se rencontrer dans des paroles ou des écrits de professionnels.

Lors d’un projet : « J.M entretient des rapports difficiles avec les adultes ! » - adultes pour dire les éducateurs …

 

Ces propos nous renvoient au contexte historique de l’institution puisque plus de la moitié des résidents y sont rentrés enfants en IME, et qu’une grande majorité du personnel a construit ses pratiques professionnelles en parallèle à l’avancée en âge des résidents. Ils nous renvoient aussi à la volonté inconsciente d’assujettir le résident à une perception de sa personne à l’état d’enfant, à un  refus de la part de l’institution de lui accorder un futur de personne adulte en situation de handicap.

 

Des résidents avec peu ou pas de relations familiales:

 

Il s’agit des résidents qui n’ont pas de famille (pupilles, abandon ou décès des parents dans la prime enfance…) ou dont la famille ne se manifeste que de manière très épisodique. On peut isoler dans ce cas de figure des parcours relativement similaires avec des prises en charge précoces en pouponnière, des passages en famille d’accueil, des distensions géographiques importantes entre les placements (sans que les causes ne soient toujours expliquées), le placement dans plusieurs foyers avec très peu d’informations « fiables » sur les divers types de placements. Ces parcours concernent les résidents dont le niveau de handicap est souvent le plus élevé. La caractéristique commune à ces résidents demeure une forme d’expression de symptômes abandonniques ; ils ont un rapport à l’institution souvent fusionnel et n’ont que très peu de repères identitaires. Retracer leurs histoires est souvent limité par le peu d’information contenu dans les dossiers. Toutefois, pour une grande majorité d’entre eux, le temps important de placement dans l’établissement (20 à 30 ans voire plus) a permis une forme de structuration identitaire basée sur une forme d’incorporation du sujet dans le collectif.

 

       Une représentation familiale élargie:

 

Un autre critère qui doit guider notre réflexion autour du projet d’établissement réside dans l’avancée en âge de la population des résidents. Ce phénomène naturel de vieillissement a une incidence directe dans l’évolution nécessaire de nos pratiques dirigées vers le résident, mais aussi dans le cadre du travail avec les familles. En effet, on voit année après année s’opérer un glissement générationnel dans les familles qui continuent à avoir des relations avec les résidents. D’une représentation familiale simple parents/enfant nous passons à une structure plus complexe mêlant frère et sœur, neveu et nièce, oncle et tante. Cette situation nous invite à souvent réinventer le travail avec les familles.

 

En effet, un lien fort s’est souvent instauré entre les parents et l’établissement (sentiment mêlé de gratitude, d’état de fait, de reconnaissance) et nos relations s’appuient sur toutes ces années de rencontres et d’échanges (les parents détenant souvent plus que les professionnels actuellement en poste l’histoire de l’établissement).

 

Pour ce qui concerne la famille élargie, les données sont totalement différentes : nous ne savons que très peu de choses de ce qui motive la prise de relais familial,  et des enjeux. Il faut donc repenser dans ces cas là totalement notre travail, renouer des liens de confiance pour permettre à ces familles de comprendre, bien au-delà du sens de notre intervention et de nos projets, les réalités objectives de la vie du résident dans toutes ses dimensions (relationnelle, psychique, physique, pathologique, historique…). Il s’agit ici de s’entendre sur un diagnostic partagé prenant en compte l’ensemble des éléments qui légitiment ce nouveau lien à construire, en reconnaissant au résident la primeur de cette relation et des informations qui y sont échangées.

 

 

       3. Les valeurs qui fondent notre action 

 

Sur les valeurs fondatrices, le précédent projet d’établissement mettait l’accent sur un certain nombre d’entre elles, notamment, de favoriser le caractère familial de la prestation, d’assurer une prise en charge médicale adaptée, de tenir compte des effets du vieillissement et des pertes d’autonomie, de favoriser la démarche qualité, de promouvoir un travail en réseau.

Sans venir en contradiction avec ces valeurs, il nous semble important, aujourd’hui, de mettre l’accent sur deux valeurs, celle de citoyenneté et celle de dignité. Mais, plus que l’importance accordée à l’une ou à l’autre, importance sur laquelle tout le monde va s’accorder, la question est de savoir quelle articulation réaliser entre ces deux valeurs.

En effet, nous avons d’une part, la valeur de dignité qui implique, si on la décline, que nous considérons le résident en tant que personne,  le respect de son intégrité, de sa vie privée, de son intimité et de sa sécurité. Il s’agit de mettre en place les conditions pour que la personne puisse exercer, entre les prestations adaptées qui lui sont offertes, le libre choix de celles qui lui permettront le mieux d’atteindre satisfaction et épanouissement.

 

                               D’autre part, nous défendons la valeur de la citoyenneté qui implique d’appréhender le résident comme un
                               élément et un acteur du corps social avec ses droits et ses devoirs. Affirmer cette valeur de citoyenneté
                               est un préalable à la réflexion concernant le type d’accompagnement individualisé développer et comment le
                              décliner au travers du projet personnalisé. Cette valeur de citoyenneté comprend une dimension de
                               responsabilité et trouve sa traduction dans le contrat passé entre les partenaires.
 
 
     Chapitre 2: Orientations éducatives et
                          thérapeutiques
  
 

      1. Prendre soin, quel regard ?

 

L’éducatif et le thérapeutique (en entendant ici par thérapeutique les soins du corps mais avant tout, et c’est inséparable, les soins de l’esprit), ne sont pas à considérer séparément ; il y a de l’éducatif dans le thérapeutique aussi,  et inversement (comme  on pourrait l’induire de la dimension du pédagogique). Les résidents de l’établissement souffrant à la fois de déficiences mentales et de troubles psychiques divers, imposent que l’ensemble du personnel soit impliqué dans les deux dimensions d’accompagnement et de prise en charge.

 

Le socle thérapeutique comme celui de l’éducatif consiste avant tout en une attention singulière portée à la personne et ceci quelles que soient les références théoriques et l’origine des pratiques : psychanalitiques, systémiques, cognitives, phénoménologiques, comportementalistes…etc.

 

Cette perspective ouvre le champ du thérapeutique, c'est-à-dire rester avant toute chose attentif à ce que vit et éprouve la personne ; de même, ce qui donne à l’éducatif son efficience, c’est le respect absolu de la personne et l’adaptation des pratiques à ses capacités et à son évolution propre.

 

Il s’agit toujours d’être dans un dialogue avec l’autre, reconnu dans la singularité de sa parole, de son identité et de ses facultés.

Pour ne pas être à contre-sens de tous les futurs possibles de la personne, les professionnels doivent la considérer comme en permanente construction et être compréhensifs et attentifs aux moments de régression, souffrance, stagnation et à toutes formes d’expression de celles-ci.

Le projet personnalisé doit se faire l’écho du parcours de vie du résident et doit être le témoin de ce regard aussi ajusté et repéré que possible. Il est le fruit de cette rencontre permanente et ininterrompue, entre l’usager et le service mis en place et rendu à la personne.

 

Il y a donc une unité d’éthique dans le travail institutionnel qui va bien au-delà des sphères éducatives, médicales et logistiques; la spécificité du travail de chacun dans toutes les composantes qui forment cette chaîne de service institutionnel, doit tendre vers une volonté de reconnaître dans chaque usager une personne unique et singulière, autant dans ses besoins et ses désirs que dans ses caractéristiques identitaires.

 

        2. Orientations des projets de services

 

           2.1. Des lieux de vie…un lieu de soins

 

Plusieurs postulats peuvent prétendre à légitimer de quelle manière s’opère la formation des groupes de résidents dans les différents lieux de vie de l’institution.

 

Notre positionnement se traduit par la volonté affirmée d’une politique institutionnelle dirigée vers l’individualisation des pratiques et l’humanisation des lieux de vie à une échelle plus familiale que collectiviste, par l’ambition affichée de lieux de vie ne comportant pas plus de huit résidents avec des espaces privatifs (chambres) individuels  et par le principe que le partage d’une chambre soit la volonté des résidents concernés. Ceci dit, il n’en demeure pas moins que la question des critères qui conduisent à la composition des groupes de vie reste complexe. Il s’agit en effet, de pouvoir accorder de la plus cohérente des façons, deux entités qui de prime abord pourraient se percevoir de manière antagoniste : le résident et l’institution.

Longtemps les caractéristiques d’homogénéisation des groupes furent le genre, la pathologie et les troubles associés que pouvait présenter le résident. Aujourd’hui, grâce à la production de connaissance effectuée autour du résident et due aux nouveaux moyens mis en œuvre ainsi qu’au nouvel espace légal,  nous pouvons isoler d’autres facteurs.

 

Ces facteurs doivent nous permettre un repérage de ce qui fait la spécificité des interventions sur tel ou tel lieu de vie. Ils représentent un fil conducteur qui doit de manière continue être interrogé, évalué, réajusté. Mais il faut faire attention que ces facteurs et les mots qui les nomment ne caractérisent pas des sujets, des individus ni même un groupe d’individus mais des pratiques, des orientations, des moyens, des espaces. Ils ne peuvent pas en cela s’appliquer à définir le sujet qui est l’objet de telle ou telle forme de prise en charge de soins et de proposition éducative, sans mettre en danger sur une forme stigmatisante l’identité même du sujet.

 

          2.2. La formation des groupes de résidents

 

 Les groupes de résidents sont formés suivant les projets éducatifs et thérapeutiques qui répondent au projet personnalisé du résident (et à l’ensemble de la production de connaissance qui se fait autour du projet). Ils déterminent une forme d’homogénéité dans le type de besoin, de désir et de rythme de vie.

 

      Thème 1.  projets d’accompagnement autour des soins élémentaires

 

 Il ont une visée thérapeutique : jeux élémentaires, activités simples. Relation à l’objet. Expression

 

émotionnelle, émergence ou ébauche de langage.Idée générale : travail sur l’identité.

Pathologies concernées: autisme, psychose déficitaire, déficiences graves.

 

      Thème 2. projets d’accompagnement autour de l’éducation sociocognitive

       Soins élémentaires si nécessaire. Maintien ou développement des gestes du quotidien. Echange, communication, développement du langage possible. Participation à la vie de groupe. Univers personnalisé. Socialisation (relation avec les autres dans le groupe, dans l’institution, hors institution, relation avec la société) Activités sportives et créatives…

 Idée générale : travail sur l’identité, sur les aptitudes et la sociabilité.

Pathologies concernées : autisme et troubles apparentés, psychoses déficitaires, déficiences sévères à moyennes.

 

      Thème 3. projets d’accompagnement autour de l’éducation à l’indépendance

 Soins psychothérapeutiques plus élaborés élaborés suivant le niveau de chacun. Inscription dans la vie de groupe. Activités intérieures et extérieures développant les goûts de chacun. Développement personnel et développement d’une vie personnelle. Expression propre. Dialogue, communication suscitant les capacités narratives et de pensée…

 

Idées générales : travail sur l’épanouissement personnel et social.

Pathologies concernées: troubles autistiques, troubles limites, déficiences moyennes et légères.

 

Thème 4. projets d’accompagnement autour de l’autonomie

 Suivi psychothérapeutique (qui implique toujours toute l’équipe). Développement des possibilités expressives et créatives. Expression de la pensée, affirmation des idées et des choix personnels. Initiative. Prise de position dans la vie de groupe. Initiation au travail…

Idées générales : travail sur l’affirmation de soi dans la vie personnelle et collective.

Pathologies concernées : troubles psychotiques, troubles limites, troubles anxieux, déficiences moyennes à légères…

 

Il s’agit donc d’une redéfinition  de l’organisation des unités de vie en adaptant prioritairement la prise en charge au rythme de vie, ne catégorisant pas chaque unité en fonction des pathologies mais suivant les projets éducatifs et thérapeutiques répondant à ces troubles (autisme, psychose, déficience…).

La place centrale du projet personnalisé doit être renforcée par la recherche systématique de l’avis éclairé du résident, quel que soit sa pathologie.

Cette orientation de la création de groupes à partir de la nature du projet du résident, et non par catégorie de troubles, prend tout son développement en lien avec la construction du nouveau bâtiment.

 

 2.3. Dépendance et autonomie

 

Afin d’offrir un maximum de possibilités en terme d’activités, de soutien, d’échanges et de prestations pour les résidents deux pôles sont constitués :

 

       Le pôle dépendance se définit autour des besoins et mise en œuvre de moyens liés  aux processus de dépendance et/ou de vieillissement. Il est rattaché à l’agrément administratif du Foyer d’Accueil Médicalisé.

 

       Le pôle autonomie permet une mise en commun des moyens nécessaires pour répondre aux besoins liés aux processus d’accession à diverses formes d’autonomie. Il est rattaché à l’agrément administratif du Foyer de Vie.

 

 Ces pôles sont définis, dans une mise en commun de moyens. Ce sont des regroupements de lieux de vie autour de besoins similaires, ils rendent plus faciles les échanges transversaux (sortie, sport adapté, logistique, orientations institutionnelles …) et optimisent leur mise en œuvre.

 

Ainsi il n’y a pas aux Thuyas de résidents dépendants  ou autonomes , mais des usagers singuliers bénéficiant de prestations, d’actions dirigées, visant à pallier à la dépendance ou favoriser et soutenir des démarches d’autonomisation.

 

Nous considérons la dépendance comme un lien qui permet à une personne de répondre à l’ensemble de ses besoins physiques, psychologiques et sociaux, conscients ou inconscients. 

 

DE même l’autonomie est la capacité d’une personne à exprimer et mettre en œuvre ses désirs, créer ses propres règles,… ce n’est ni une fin, ni un objectif mais un processus en perpétuel mouvement.

 

        2.4. interdisciplinarité et processus de bientraitance

 

Notre établissement doit, pour soutenir des démarches bientraitantes cultiver dans tout espace de paroles et de rencontres des outils de reconnaissances interdisciplinaires. Permettre à chaque professionnel de reconnaître dans le regard de l’autre (collègue de travail) une attention bienveillante sur sa pratique.

 

En rupture avec la notion de pluridisciplinarité la notion d’interdisciplinarité  s’impose dans nos démarches. Il faut rompre avec l’illusion d’un « en-commun total » pour aller vers une reconnaissance de ce qui, dans chacune de nos fonctions, différencie et renforce le rôle de chacun (Educateur Spécialisé, Infirmier, Aide-Soignante, Aide-Médico-Psychologique, Moniteur-Educateur, Personnel de Service …). Ceci afin de permettre une mise en perspective cohérente et repérée de la rencontre des savoir-faire, des savoir-être, des compétences, et des connaissances de chacun. Ce socle commun doit positionner l’établissement en tant qu’institution, dans laquelle chaque professionnel se situe comme garant d’une partie de la qualité du service rendu au résident, s’assure de la prise en considération de sa singularité, et porte un souci permanent et continu sur la prise en compte du sujet comme objet premier de ses interventions.

 

En quelque sorte inverser toute logique qui dans un repli corporatiste ou identitaire, empêche l’émergence de la parole. Et ce quelle que soit sa place dans l’institution, le rôle qu’il occupe auprès du résident et l’origine de sa formation professionnelle.

 

Soustraire à autrui, par un positionnement de toute puissance, toute forme de droit et de respect inhérent à sa nature d’être humain et de citoyen français relève d’une faute grave, punie par la loi. Dans le contexte particulier de l’institution le caractère « fragile » de la population accueillie et la « confiance » donnée du législateur renforce encore plus l’inacceptable de ces situations. Personne ne peut se prémunir d’être pris (en tant qu’acteur ou témoin) dans des processus ou des actes de maltraitance ; dans l’institution, la maltraitance et les processus de non-bientraitance, c’est l’affaire de tous ! Du cuisinier qui laisse cuire son riz,  au médecin qui dans son « colloque singulier » laisse la porte de son cabinet ouvert, de l’éducateur qui ne frappe plus aux portes des chambres,  à la secrétaire qui ne salue plus les résidents…Ainsi ce qui de prime abord ne pourrait concerner que les professionnels en relation directe avec le résident, concerne de fait tout professionnel de l’établissement.

 

Ainsi, tout professionnel doit avoir non seulement connaissance de tous les protocoles liés à la maltraitance mais traduire au quotidien de sa place et de sa fonction, des actes, des paroles qui conduisent aux processus de bientraitance. De fait, dans une démarche interdisciplinaire, il s’agit de permettre à chaque professionnel de sa place repérée, d’interroger de manière bienveillante la pratique de l’autre, d’agir dans le temps de l’action; et de façon pragmatique, oser refermer la porte, se rappeler les règles de notre intervention, frapper à la porte, sortir le riz du feu …

 

 

       3. Prendre soin « une démarche éducative »

 

         3.1. Définition des objectifs 

 

Les démarches éducatives mises en œuvre dans l’établissement sont un ensemble d’actions qui doivent sous-tendre de manière continue et équitable les objectifs généraux répondant aux missions de l’établissement et aux spécificités du public accueilli. Les orientations des politiques éducatives de l’établissement se traduisent en grandes lignes à l’intérieur desquelles viendront s’inscrire les projets de service.

 

Au-delà des obligations de l’environnement réglementaire, nous proposons aux Thuyas une déclinaison des intentions du législateur  en objectifs pour l’action  éducative; à chacun de ces objectifs sont associés des critères à partir desquels seront évaluées les actions de l’institution et des professionnels et la manière dont elles concourent ces objectifs.

 

Objectif 1 : assurer à chaque sujet sa place dans le collectif et sa reconnaissance en tant que personne

Chaque résident de l’établissement doit pouvoir dans tout collectif formel ou spontané se reconnaître en tant que sujet. Il s’agit de mettre en place  un ensemble d’actions et de propositions éducatives pouvant permettre au sujet d’exprimer sa singularité identitaire (sociale, personnelle, affective).

Critère associé : c’est par une connaissance détaillée du résident (projets personnalisés, espaces de paroles) que les équipes éducatives doivent l’aider à exprimer sa singularité dans un espace socialisé et lui permettre de s’y reconnaître en tant que sujet.

 

Objectif 2 : Considérer le collectif comme outil de médiation relationnelle.

 

Le collectif, qu’il soit groupe de vie (autour de la vie quotidienne), d’activité, de parole, spontané ou formalisé doit être considéré comme support relationnel dans le sens que ces collectifs répondent à des  critères d’interactions sociales. Le collectif met à l’épreuve le sujet, il peut le valoriser, l’aliéner, le soumettre. Il doit être considéré comme un ensemble vivant en perpétuel mouvement dont les normes et les  règles sont en permanente négociation.

Critère associé : les équipes éducatives doivent de manière continue interroger les collectifs pour peser sur ceux-ci, en maintenir la cohérence ou en comprendre les glissements.

 

Objectif 3 : l’attention portée à la réponse des résidents

 

Toute action dirigée vers le résident doit faire l’objet d’une attention particulière afin de s’assurer de la bonne compréhension et du consentement du résident aux diverses propositions qui lui sont faites. Il s’agit d’adapter le langage et les outils utilisés dans la communication avec le résident.

Critère associé : les équipes doivent développer des démarches éducatives « traduites » et adaptées au niveau d’appréhension qu’a le résident de son environnement structurel, social, affectif, psychologique, cognitif.

 

                  Objectif 4 : Porter une attention équitable et continue

 

Toutes les actions éducatives conduites dans l’établissement doivent être posées de manière continue et équitable.

Critères associés :  

Penser et mettre en œuvre les actions et propositions éducatives en ayant le souci de ne pas « oublier » certains résidents au profit d’autres plus en capacité d’interpeller notre attention,

Inscrire toute action ponctuelle dans une continuité, respectueuse de la temporalité du résident.

 

        3.2. Présentation des moyens :

 

3.2.1. L’équipe éducative 

 

L’équipe éducative est un collectif de professionnels, ayant comme responsabilité la mise en œuvre et l’évaluation du projet de service  et l’articulation des objectifs des divers projets personnalisés. La notion d’équipe impose à chacun des professionnels d’inscrire sa pratique dans une démarche de travail collectif permanent. On nomme équipe éducative tout collectif formé autour d’une situation et ayant une action éducative dirigée vers un résident. Ainsi sur certains temps l’entité équipe éducative peut être composée de personnel médical, de service, de prestataire de service hors institution... Mais dans la majorité des cas elle dénomme le collectif de professionnels ayant en commun le projet de service.

Le référent :

Dans un environnement de plus en plus professionnalisé où le résident peut être l’objet de plusieurs types d’intervention en un temps très réduit, il est important de lui offrir un élément de repérage stabilisant et  rassurant. La notion de référent est dans l’établissement l’aboutissement d’une réflexion autour de ces problématiques. Chaque résident a sur chaque unité deux professionnels ressources qui se posent en garants de la construction, de l’évaluation, et de la communication du projet.

 

Le coordinateur :

Au sein de l’équipe, le coordonnateur assure le suivi et la mise en œuvre du projet de service. Il construit avec l’équipe l’ensemble des facteurs organisationnels autour de tous les temps de vie. Il est garant de la cohérence de l’ensemble des éléments constitutifs du projet de service.

Critère associé : Accompagnement de la construction du projet personnalisé ; Fédérer et soutenir l’équipe dans la dynamique du projet de service ; Impulser et évaluer l’ensemble des actions éducatives ; veiller à la bonne marche du projet de service ; organiser en collaboration étroite avec les Chargées de Mission, les plannings et les budgets de groupe.

 

Le chargé de mission :

Au sein du dispositif le chargé de mission de par son expertise, assure le relais entre l’équipe de direction et les équipes éducatives. Chacun sur un des deux pôles (autonomie et dépendance), il assure par sa proximité une meilleure adéquation entre les besoins des différents projets et la mise en œuvre des moyens mis à leur disposition.

Critère associé : Garant de la mise en œuvre, du partage et de l’équité du traitement du dispositif EPR (Evaluation Projet Résident) ; participe aux réunions techniques de direction ; relaie la politique institutionnelle et évalue la cohérence des actions menées ; assure le travail de conceptualisation et d’organisation des périodes de vacances, séjours, transferts, échanges intergroupes ; soutient dans une démarche institutionnelle l’organisation du travail, actions transversales, solidarité de moyens et de traitement entre les services ; travail de réseau avec les centres de formation, et d’autres institutions ou services du secteur.

 

                       3.2.2. le projet personnalisé, recueil des avis et consentement.

 

Le projet personnalisé du résident est le point de départ de toute forme d’action, dirigée vers le résident. Il est négocié avec le résident et son environnement (parents, tuteurs…) et légitime toutes les actions dirigées vers celui-ci. Ainsi le projet personnalisé est un outil de repérage pour toutes les personnes qui sont en contact avec le résident ou participent à sa mise en œuvre.

La réunion de projet personnalisé vient valider sa mise en œuvre par la contractualisation de celui-ci entre le résident, le médecin psychiatre, l’équipe éducative et le chef d’établissement.

Le projet personnalisé du résident est aussi un outil de médiation qui doit être utilisé comme support relationnel. Il est construit dans une démarche de négociation entre le résident et sa famille, les équipes et l’institution. De fait il est un outil vivant, témoin d’une relation continue entre l’usager et l’institution.

Dans le contexte de l’action éducative, la démarche de recueil des avis et du consentement des résidents doit être le souci premier qui légitime la rencontre entre le professionnel et l’usager. Ceci afin de s’assurer de façon constante que dans tous les actes de la vie au cours desquels les professionnels accompagnent les résidents, ceux-ci soient mis en situation d’acteurs et invités à exprimer leurs désirs.

Si le projet personnalisé est l’expression la plus visible de ce souci porté à l’avis du résident, il  doit être relayé par un ensemble d’actes qui au quotidien, réaffirment de façon continue cette volonté (toilette, repas, activités, sorties, vêture…) et sont les témoins d’une éthique professionnelle réelle.

 

Le recueil du consentement  et de l’avis des résidents ou de leurs familles passe par une mise en place d’outils, garants pour ces collectifs institués d’une démarche démocratique :

Les groupes de parole résidents : mis en place dans un premier temps sur les groupes du pôle autonomie. Ils ont une fonction à la fois de régulation du groupe et porte dans la démarche une volonté d’écouter les usagers parler en groupe de leur vécu et de la façon dont ils apprécient leur environnement.

Les commission « menus », réunions des délégués des résidents : ce sont des espaces clairement identifiés comme participant de façon constante à ce que la parole des usagers ait un impact sur la politique institutionnelle et les choix qui en découlent.

Le Conseil de la vie sociale : où siégent des résidents et leurs familles et/ou tuteurs, est une instance décisionnelle découlant de la loi de 2002.

L’Association « Les Thuyas », Le Sport Adapté : deux associations existent à l’intérieur de l’établissement et au sein de chacune d’entre elles des résidents siègent dans les bureaux qui les composent.

 

                      3.2.3. la notion de référence.  

 

« Pour accompagner vers l'autonomie et/ou vers un mieux-être les personnes bénéficiaires d'une intervention sociale, il est d'usage de désigner un ou des référents. Ce rôle n'est pas sans ambiguïté, du fait, notamment, de la difficulté à se situer entre le "trop" et le "pas assez ".D'emblée, il s'avère nécessaire de clarifier les notions de référence et de référent tant elles n'apparaissent pas à l'abri des rapports de force et renvoient constamment à la toute-puissance d'une relation exclusive…»

 

La référence est une notion qui peut dans notre établissement revêtir plusieurs formes. Elle se décline en une fonction qui a pour but de lutter contre les phénomènes institutionnels d’homogénéisation et de chronicisation. Elle participe dans toutes ses formes au suivi, au repérage et à l’évaluation des actions.

 

La référence éducative

 Sur chaque unité de vie se met en place une double-référence dans un exercice conjoint à deux professionnels de la référence (sans degré de responsabilité).

 Le choix des références se fait en équipe pluridisciplinaire lors des réunions d’EPR, la question de la participation ou non des résidents à ce choix sont, suivant le cas, à débattre en équipe.

  

La double-référence implique :

      -La tenue complète du dossier du résident (classement et archivage des éléments de son contenu).

     -Le relais avec les familles et le travail d’accompagnement et d’information (suivi du projet, fêtes institutionnelles, sorties familles ….) de celles-ci.

      - De garantir du suivi du projet personnalisé, participer à la communication des objectifs, en rappeler les tenants et aboutissants.

      - De suivre des comptes (pertinence des achats et des dépenses) et relais avec les tuteurs.

 

     - De veiller avec les équipes, de l’adhésion du résident à son projet.

      - D’alerter  les équipes et solliciter les espaces de parole pour interroger le projet ou un des objectifs de celui-ci.

      - De communiquer avec l’ensemble des professionnels sur l’actualité du résident.

      - De collecter l’ensemble des éléments (activités, sport, loisirs, famille …) dans le cadre du travail continu d’évaluation et de mise en œuvre du projet personnalisé.

      - De participer à la mise en place et l’évaluation des séjours de vacances et au recueil des désirs du résident.

 

     - D’assumer la responsabilité de la  tenue des comptes-rendus d’EPR (Evaluation Projet des Résidents) et de la communication des décisions prises, à l’équipe, au représentant légal.

      - De relayer les informations de l’équipe médicale.

      - De travailler avec le personnel du service soin dans le cadre du projet personnalisé, mais aussi au quotidien sur les questions d’hygiène, de sexualité, de comportement nocturne, d’alimentation…

      - D’être vigilant à la tenue des rapports de comportements (quotidien, activité) et de les classer dans le dossier du résident dès que nécessaire.

      - D’interpeller sur des points précis les diverses instances de parole pour répondre aux difficultés rencontrées au sujet du résident.

 

 

                       3.2.4 les espaces d’activités, les temps de vie quotidienne

 

Le temps de vie institutionnelle est décomposé sur chaque unité de vie en deux. Il y a d’une part, les espaces dits d’activité dans lesquels on retrouve des activités culturelles, sportives, motrices, sensorielles, des prises en charge individuelles, des sorties, des initiatives ponctuelles…, et d’autre part, tout ce qui englobe les temps de vie quotidienne, les levers, les repas, les collations, les toilettes, les couchers, la nuit, les temps libres sur le groupe….

Si un des objectifs de cette nécessaire dissociation est de permettre au résident un meilleur repérage dans le temps et dans l’espace, cette dissociation parait moins évidente dans le travail éducatif .En effet, l’essence de ce  travail est la relation. Dans la mise en œuvre d’une démarche éducative, un professionnel doit traiter chacun de ces deux espaces comme étant porteur d’autant d’outils de médiation qui vont sous-tendre la relation à l’usager. Il ne peut y avoir, dans une démarche éducative réfléchie, de hiérarchisation entre les outils de médiation.

Les tâches les plus domestiques de la vie quotidienne du groupe, tout comme les projets d’activités les plus aboutis et enthousiasmants, comportent des moments d’accroche relationnelle mettant le sujet et l’encadrant en situation d’échange et donc de relation.

 

                      3.2.5. les espaces de réunion et de conceptualisation.

 

 Les réunions de projet personnalisé :

Il s’agit de signifier, concernant le projet personnalisé d’un résident, un accord institutionnel en terme d’objectifs et de moyens de mise en œuvre de la part de l’établissement. Ce sont les référents qui présentent le projet. Chaque projet personnalisé est paraphé par le résident, les référents pour l’équipe, le cadre responsable de l’unité de vie.

Les membres de cette instance peuvent à l’issue de la présentation renvoyer un projet personnalisé ou constater l’inadéquation entre les missions de l’établissement et les attentes du  projet personnalisé.

Les réunions de projets personnalisés viennent avec une symbolique forte évaluer les trois années écoulées du projet arrivant à échéance.

 

Les réunions d’évaluation projet résident (EPR) :

  « Partir du projet personnalisé pour aller vers l’accompagnement et réajuster les moyens mis en œuvre; et non plus partir de problématiques d’accompagnement pour aboutir à un réajustement du projet personnalisé… »

Espace de débat, d’échange, de conceptualisation, de recherche et d’information, ayant pour base de travail les objectifs sous-tendus par les projets personnalisés des résidents, les EPR sont garants, durant les 3 années d’exercice du projet personnalisé, de son évaluation continue et de l’application des décisions prises. Chaque membre de l’équipe, au même titre que les référents, peut proposer un sujet de travail autour d’un des axes du projet. L’ordre du jour peut être complété suivant des événements d’actualité particuliers.

 

Les réunions d’analyse de la pratique (ADP) :

Elles prennent comme champ d’analyse une situation professionnelle vécue : les attitudes verbales et non verbales, l'écoute dans la relation d'aide, les relations interpersonnelles, les enjeux qui sous-tendent le fonctionnement interne de l'équipe, l'écoute de soi et l'écoute des autres. Elles ont comme objectifs de clarifier et  prendre du recul par rapport aux pratiques professionnelles, créer une dynamique de changement dans la façon de travailler, améliorer les relations professionnelles, développer une meilleure efficacité des équipes auprès des personnes dont elles ont la charge, favoriser un mieux-être de chacun.

 

Les réunions de régulation :

Ces instances de parole ont pour but de restaurer les capacités de coopération entre les professionnels, d'améliorer la qualité des relations de travail au quotidien grâce à l'échange autour du fonctionnement d'équipe et des valeurs éducatives de chacun. Le rôle du psychologue est dans ce cadre d'accompagner le groupe de professionnels à analyser les dysfonctionnements et à construire de nouveaux modes de travail.  Ce travail part des demandes du groupe en fonction des difficultés qu'il rencontre ; le thème est défini au début de chaque  réunion.

 

Les réunions d’équipe :

Réunion où l'équipe éducative pose, échange sur l'ensemble des contingences matérielles et structurelles afférentes à la mise en œuvre de projets et aux conditions de travail. Les coordinatrices des groupes proposent un ordre du jour et retranscrivent les consignes ou débats portés dans leur réunion  (note de service, relevés de décisions...) et mettent en œuvre, avec l’aide éventuelle des chargés de mission, l’animation et le compte rendu de cette réunion. Ces réunions viennent en complément des temps de relève et des outils d’informations déjà mis à la disposition des équipes (ex : classement des notes de services, cahier de jour …)

 

Les réunions de coordination :

Elles ont comme champs d’intervention :

l’état des groupes ; le  soutien de la solidarité intergroupes; le suivi des projets de service; l’harmonisation des pratiques; articulation, cohérence des politiques éducatives et soignantes; le soutien, la mise en œuvre et l’évaluation des actions transversales; la planification du travail  (planning), les échanges sur les notes de service; l’aide à la prise de décisions de la direction.

 

 

 

       4. Prendre soin « une démarche médico psychologique » 

 

          4.1. Introduction

 

L’homme est un être bio – psycho - social, culturel et spirituel qui a la capacité et le droit de choisir son « projet de vie » une fois qu’il a accès aux informations concernant les comportements et les facteurs favorables ou défavorables à la santé.

La santé est « un état dynamique, susceptible de variations, qui nécessite un processus d’adaptation de l’homme à son environnement. Cet état le rend apte à assumer les étapes de la vie, à en affronter les agressions et à vivre en harmonie avec lui-même et les autres »

Les soins infirmiers sont « une discipline visant à offrir à une personne et/ou à une collectivité un ensemble de prestations qui concourent à répondre à leurs besoins de santé ».

 

        4.2. Les psychologues et la psychomotricienne

  

Au sein de l’établissement le rôle des psychologues vise à investir et garantir l’ensemble des espaces de parole formels (réunions, projets, groupe de parole…) et informels (rencontres, travail de proximité, discussions…) afin de les rendre clairs et efficients.

Ainsi leur travail s’articule autour de deux champs d’action l’un dirigé vers les résidents en termes de travail et de suivi psychothérapeutique, l’autre dirigé vers les équipes en termes d’accompagnement, de soutien et d’appui à la conceptualisation.

Cette démarche d’action induit une continuité dans la dimension institutionnelle de l’établissement, permettant aux professionnels d’êtres acteurs de leurs pratiques et aux résidents d’être sujets de leurs prises en charge, conformément au code de déontologie des psychologues.

 

 Dans le même cadre de réflexions que celui des psychologues, le travail en psychomotricité dans l’établissement s’effectue sur des temps de prise en charge individualisés ou en petit groupe. L’objectif vise à maintenir l’intégrité fonctionnelle du sujet, en terme de maintien des acquis moteurs, prenant en compte l’avancée en âge, dans sa dimension sociale, psychique et physiologique.

 

 

       4.3. Les objectifs de la prise en charge médicale et l’évaluation médicale

 

                      4.3.1. les objectifs de la prise en charge

 

     - protéger, maintenir, restaurer, promouvoir la santé ou l’autonomie des fonctions vitales des personnes ; guérir ce qui est guérissable (pathologie infectieuse, dénutrition, dépression…) ;

      - compenser ce qui est compensable (équilibrer un diabète, une cholestérolémie, une acuité visuelle…) ;

prévenir les rechutes et les complications (insuffisance cardiaque, bronchite chronique…) ;

      - soulager la douleur physique, la souffrance morale et assister les personnes dans les derniers instants de leur vie ;

 

     - accompagner la personne au quotidien ; favoriser le maintien, l’insertion ou la réinsertion des personnes dans leur cadre de vie habituel ou nouveau.

      - Les soins infirmiers participent à l’atteinte de ces objectifs, notamment :

                         en concourant aux méthodes et à l’établissement du diagnostic ;

                         en appliquant les prescriptions médicales ;

                         en participant à la surveillance clinique des malades et des thérapeutiques mises en œuvre.

 

Les objectifs de soins doivent être impérativement énoncés lors de toute perturbation de santé ou de toute difficulté pour effectuer les actes courants de la vie quotidienne de chaque résident (difficulté à effectuer sa toilette, difficulté pour se mobiliser, pour s’habiller, pour s’alimenter).

La volonté de vouloir fixer des objectifs de santé, permet aux équipes de proposer une prise en charge adaptée, optimale, réactualisable selon l’état de santé du résident et sa volonté ou possibilité de conserver son degré d’autonomie.

 

 

                     4.3.2. l’évaluation médicale

Le but de l’évaluation médicale est de reprendre les éléments cliniques et des observations pour confirmer, infirmer ou poser des diagnostics aussi précis que possible selon les critères médicaux. Elle doit prendre en compte le fait que la population du centre est une population fragilisée par un handicap mental.

Pour cela nous devons :

 

            - Reprendre les éléments du dossier de soin du résident et les analyser de façon critique,

           -  Pratiquer un examen clinique,

           -   Avoir recours à des examens complémentaires (biologie, radiologie), des consultations médicalisées (dentiste, stomatologie, ophtalmologie, cardiologie…),

           -  Rediscuter la thérapeutique en terme de pertinence de l’indication, rapport/ risques, recherche d’effets secondaires.

 

       4.4. Présentation des moyens

 

                      4.4.1. l’équipe du Service Soin

Le service soins regroupe 1 médecin généraliste, un médecin psychiatre, 1 infirmière coordinatrice, 7 IDE, 2 psychologues, 1 psychomotricienne. 9 AS interviennent sur les unités de vie. 1 ASH seconde l’IDE et le médecin dans les tâches administratives, dans la prise en charge des résidents, l’entretien du matériel médical et de la salle de consultation. Un IDE assure une fonction de coordination médicale.

Le projet du service soins décline, la place et le rôle des IDE, des aides-soignants, leur travail d’accompagnement, relationnel et de prévention.

  

                       4.4.2. Les outils

 

Le dossier de soins du résident 

Support indispensable à la pratique du professionnel de santé, il doit permettre de retrouver la trace de chaque intervention dont le résident a bénéficié au cours de sa prise en charge. Il est personnel, chaque dossier contient des fiches numérotées et nominatives. Il contient plusieurs parties : données administratives, données médicales, données infirmières, données aide-soignantes, données veilleuses, données para-médicales.

Des fiches annexes pourront être utilisées selon les perturbations de santé des résidents:

 

Fiche de surveillance glycémique,

Fiche de réhydratation et d'alimentation (calendrier hydrique et nutritionnel),

Fiche d'observation de la douleur,

 

Depuis avril 2007, une fiche individuelle de liaison a été élaborée par le service infirmier pour le service éducatif. Cette fiche permet  le passage de l'information de l'état de santé du résident.

   

Les transmissions ciblées 

La fiche de transmission ciblée d’équipe permet quotidiennement de définir les problèmes et /ou perturbations de santé. Cette fiche pourrait être améliorée  afin de préciser les objectifs de soins et les plans d’action.

  

 

Chapitre 3 : Les moyens de la structure au service du "prendre soin"     

  

  

1. Prendre soin : le projet social

 

1.1. Effectifs, budget, cadre règlementaire

 

                       1.1.1. Le tableau des effectifs

 

102,75  salariés en équivalent temps-plein sont accordés en 2008 par les organismes payeurs (Conseil Général au travers de la Direction de la Solidarité Départementale et DDASS) comme le montrent les tableaux des deux pages suivantes.

Sur ces 102,75 professionnels,

           - 59, soit 57 % travaillent directement auprès des résidents. Le pourcentage des autres salariés se repartit comme suit :

                  - 6 % service administratif et direction (7 personnes),

                  - 29 % services logistiques

                  - 8 %  service soins (autre que aides-soignants)

 

La majorité du personnel est féminin avec 77,8 % de femmes.

 La pyramide des âges nous indique que :

 

                  - 2 % ont moins de 26 ans

                  - 41 % ont entre 26 et 40 ans

                  - 45 % ont entre 41 et 55 ans

                  - 12 % ont plus de 55 ans

 (La moyenne d’âge est de 44 ans)

 

Avec les personnels de remplacement, (formations, maladie, temps partiel) l’établissement emploie plus de 120 personnes.

 

  

 


Budget Hébergement

Effectifs en équivalent temps-plein  accordés par la DSD

 
 
 

Catégories

Année 2007

Année 2008

 

Nombre de postes

Nombre de postes

 

DIRECTION - ENCADREMENT

 

 

 

Directeur

1

1

 

Attaché d'Administration Hospitalière

1

1

 

Responsable Ressources Humaines

 

1

 

sous-total

2

3

 

ADMINISTRATION - GESTION

 

 

 

Agent Administratif

1

 

 

Adjoint des Cadres Hospitaliers

1

1

 

Adjoint Administratif Principal

1

1

 

Adjoint Administratif

1

2

 

Agent d'accueil

0

 

 

sous-total

4

4

 

SERVICES GENERAUX

 

 

 

Agent des Services Hospitaliers

8

8

 

Maître Ouvrier

3

3

 

Ouvrier Professionnel (OPQ- OPS)

7,6

7,6

 

Aide Médico-Psychologique

2

2

 

Agent d'Entretien Qualifié

9

9

 

Responsable logistique

0

1

 

sous-total

29,60

30,60

 

SOCIO - EDUCATIF

 

 

 

Cadre Socio-Educatif

2

2

 

Assistant Socio-Educatif

10

9

 

Moniteur Educateur

8

10

 

Aide Médico-Psychologique

22,75

22,75

 

Agent des Services Hospitaliers

3

3

 

sous-total

45,75

46,75

 

 

 

 

 

TOTAL GENERAL

81,35

84,35

 

Mois de remplacement

8

8

 

 

 

 

 


Budget Soins

Effectifs en équivalent temps-plein  accordés par la DDASS

 
 
 

Catégories

Année 2007

Année 2008

 

Nombre de postes

Nombre de postes

 

Infirmier

7

7

 

Psychomotricienne

1

1

 

Aide Soignante

9

9

 

Psychiatre

0,2

0,2

 

Psychologue

1

1

 

Médecin généraliste

0,2

0,2

 

TOTAL GENERAL

18,4

18,4

 

 

 

 

 

                    1.1.2. Evolution du budget hébergement et du budget soins.

 

 

      Budget Hébergement

          Budget Soins

      Année

Effectif ETP

Prix Journée

 

Effectif ETP

Prix Journée

 

2001

63

83,13 €

 

14

39,07 €

 

2002

70,85

94,80 €

+ 14,0%

14,8

40,95 €

+ 4,8%

2003

77,85

108,04 €

+ 13,9%

14,7

42,72 €

+ 4,3%

2004

79,35

119,41 €

+ 10,5%

16,3

50,33 €

+ 15,1%

2005

81,35

124,53 €

+ 4,3%

16,5

56,02 €

+ 11,3%

2006

81,35

137,40 €

+ 10,3%

16,5

58,17 €

+ 3,8%

2007

81,35

140,43 €

+ 2,2%

18,4

60,98 €

+ 4,8%

2008

84,35

142,16 €

+ 1,23%

18,4

61,14 €

+ 2,8%

Evolution 2001/2008

+ 71 %

Evolution 2001/2008

+56,5%

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                       1.1.3. Le cadre règlementaire

 

La gestion des ressources humaines s’inscrit à la fois dans le cadre légal et règlementaire à toute personne recrutée, fonctionnaire (94 stagiaires et titulaires aux Thuyas en 2008) ou contractuels hospitaliers et dans le cadre du droit privé pour les non-statutaires ( C.D.D.). Les personnels des Thuyas sont  donc des fonctionnaires hospitaliers soumis, comme l’ensemble des fonctionnaires, au titre 1 – statut général de la Fonction Publique et au titre IV, loi n° 86/33 du 9 janvier 86 portant dispositions statutaires à la Fonction Publique Hospitalière.

 Les droits et obligations des salariés sont contenus dans le statut général des fonctionnaires (titres 1 et 4).

 L’établissement applique le décret n° 945 du 16 août 85 et qui concerne la médecine du travail, avec l’obligation d’une visite médicale annuelle pour chaque agent.

 

                       1.1.4. Les instances représentatives

  

          - La  Commission de surveillance, chargée de voter les orientations et les budgets, les modifications liées au fonctionnement, à l’organisation des différents services, et le tableau des effectifs.   

 

          - Conseil de vie Sociale, instance de réflexion, d’avis, représentant les résidents, familles et personnels.

 

          - Le Comité Technique d’Etablissement (C.T.E.), consulté pour avis pour toutes les questions liées au personnel, à l’organisation des services, et aux orientations institutionnelles. 

 

          - Le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.H.S.C.T.) , consulté pour avis sur les budgets, les tableaux des effectifs, le plan de formation, l’organisation générale au travail, les questions liées à la santé et à la sécurité des professionnels.

 

          - La  Commission Administrative Paritaire Locale ( C.A.P.L.) consultée pour le déroulement de carrière des agents stagiaires et titulaires (avancement de grade et d’échelon).

 

          - La Commission de formations qui donne un avis sur le plan de formation annuel.

 

          - Les instances syndicales avec notamment deux organisations syndicales représentées dans l’établissement, la C.G.T. et la C.F.D.T.

 

Comme dans tout établissement public, les Thuyas procèdent au respect des règles statutaires en matière de :

           -  Modalités de recrutement

           -  Positions statutaires

           -  Notation – prime de service

           -  Avancement

           -  Rémunération

           -  Sanction disciplinaire

           -  Droit à la formation 

Par ailleurs, l’établissement adhère à un organisme de prévoyance (DEXIA) qui prend en charge une partie du financement des accidents du travail, des maternités ainsi que l’assurance décès, pour les agents titulaires et stagiaires.

 

  

       1.2. Le Projet Social

 

                       1.2.1. Mobiliser les ressources humaines

 

 

La mobilisation des ressources humaines est un indicateur des choix réalisés en matière de conditions de travail, de qualification des professionnels, de gestion prévisionnelle des emplois et compétences, mais aussi de la qualité du dialogue social et des espaces de réflexion partagée.

  

En la matière, l’établissement depuis quelques années, a pu mettre en place des choix organisationnels qui ont participé à l’amélioration, l’harmonisation des pratiques, la continuité des interventions auprès des résidents :

 

          -  Présence de deux encadrants pour 10 résidents, notamment sur les groupes Save-Garonne et Pyrénées-Béarn,

         -   Positionnement des aides-soignants sur ces mêmes groupes,

          -  Installation du plateau technique pour les unités Soleil-Levant et Gascogne-Occitanie et du coordinateur des activités sportives et de loisirs,

          -  La mise en place de référents pour l’ensemble des résidents, ainsi que quatre coordinateurs (un par bâtiment) et deux chargés de mission (un par pôle – dépendance/autonomie).

     - Par ailleurs, les 8 ETP en mois de remplacement (maladie, formation) ajoutés aux 14 postes supplémentaires, ont permis de mettre en place depuis 2003, un plan de formation reconnu et, qu’ainsi sur les 59 professionnels du secteur éducatif intervenant directement auprès des résidents : 49 soient qualifiés, 4 sont en formation, 6 restent encore à qualifier.

 

Enfin, ces postes supplémentaires ont aussi permis à l’ensemble des personnels éducatifs de participer à la mise en place de différentes réunions de travail :

 

          -  Projets personnalisés – évaluation de ceux-ci,

          -  Réunion de fonctionnement des équipes – de régulation avec les psychologues – et  d’analyse des pratiques avec un thérapeute.

 Tous ces espaces permettent un meilleur partage de l’information, des analyses de situations ou de problématiques plus affinées, de prise de décisions plus démocratiques.

 A noter que les veilleuses de nuit bénéficient également d’espaces réguliers de réunions de service et d’analyse de leurs pratiques.

 

  

                       1.2.2. La formation

 

Il existe aux Thuyas diverses formations individuelles, collectives, institutionnelles dont peuvent bénéficier les professionnels, quel que soit leur statut. Ces formations sont qualifiantes ou réalisées dans le cadre de stages spécifiques. Elles peuvent être annuelles ou pluriannuelles, en intra ou externes.

 

La formation continue permet aux professionnels de participer par ailleurs à des colloques, journées d’étude et de recherche. Elles peuvent être qualifiantes et ont parfois un caractère obligatoire, c’est le cas notamment des formations liées à la sécurité : incendie, gestes de premiers secours, risques alimentaires, hygiène des locaux.

 

Un plan de formation est établi chaque année : des axes directeurs sont négociés en Commission de Formation. Les vœux de formation sont réactualisés individuellement chaque année.

En application des lois 2002 et 2005, l’établissement s’est inscrit dans des démarches innovantes, qui ont contribué à de meilleures conditions de travail (augmentation du tableau des effectifs), et donc une meilleure prise en charge des résidents (plus de personnels, plus d’activités, modernisation des espaces de vie, des outils de communication, plan de formation).

En outre, de nombreux professionnels, individuellement et collectivement se sont engagés dans d’importantes actions, telles : la démarche qualité, la gestion des risques professionnels, l’évaluation interne, l’écriture des projets de services, des fiches métiers, du contrat de séjour, du règlement de fonctionnement, du livret d’accueil pour les résidents accueillis, mais aussi une réflexion de plus en plus pointue sur les aspects de sécurité : outil de communication, alarme, exercices de prévention, formation et actualisation des connaissances.

 

 

                      1.2.3. Les perspectives

 

En parallèle à l’écriture du nouveau projet d’établissement, nous élaborons actuellement d’autres outils, permettant une meilleure qualité de circulation de l’information à l’ensemble du personnel : l’édition d’un livret d’accueil en direction des professionnels des Thuyas.

 

La réécriture, en lien avec  le nouveau projet d’établissement et la construction des nouveaux locaux, du règlement intérieur et des fiches métiers va s’engager.

 

Bien évidemment, nous aurons à réfléchir sur les modalités de diffusion des notes de service et d’information, d’élaboration de protocoles, pour en améliorer le contenu et l’efficience.

 Il faudra également moderniser nos outils d’information en développant l’outil informatique.

 

Toujours d’actualité, il convient de toujours faire un effort de qualité dans les négociations, les relations avec les représentants des salariés, dans l’harmonisation des relations sociales et dans la gestion des conflits.

 

Enfin, il conviendra d’être toujours vigilant en accompagnant l’expression des différents personnels :

      - Pérenniser la politique de prévention et d’anticipation des ressources humaines,

      - Anticiper sur 3 ans les besoins en personnel et en qualifications,

      - Se projeter et structurer la politique de formation sur trois ans,

      - Améliorer le fonctionnement des instances : date des réunions, contenu, documents mis à disposition, compte-rendu, évaluation des décisions prises.

      - Favoriser  l’expression des compétences,

      - Optimiser  la politique des remplacements,

      - Comprendre et prévenir l’absentéisme,

      - Soutenir la mobilité du personnel pour faire face à une prévention de l’usure,

      - Développer une culture, une identité et une solidarité professionnelle,

      - Optimiser les entretiens d’évaluation,

      - Revoir les ressources documentaires,

      - Renforcer la convivialité (repas du personnel, soutien aux activités de l’amicale…).

 

  

       2. Prendre soin : les fonctions hôtelière, logistique

           et de veille

 

         2.1. Prendre soin : quel rôle pour les fonctions hôtelière et logistique ?

 

« Responsable de quoi, demandait-on ? Du fragile est-on désormais enclin à répondre »[1].

 

Veiller au bien-être matériel et en permanence à la sécurité, tel doit être tout particulièrement le fil conducteur des services logistiques.

 

Ils sont en effet pour nombre d’entre eux, des services concourant à la qualité de la fonction hôtelière, et ont un rôle de premier plan dans le fonctionnement de l’établissement, dans la qualité d’accompagnement des résidents.

Leur action se situe à la fois à la périphérie des interventions éducatives et thérapeutiques, et au cœur même des conditions de réalisation de celles-ci. La qualité de la restauration, l’entretien des locaux, du matériel, le traitement du linge et la gestion des tâches administratives sont les paramètres incontournables qui contribuent directement à la qualité des services rendus aux résidents.

 

Ces services constituent pour la majorité des résidents des repères de la vie « normale ». Voir, entendre, sentir, le travail en cuisine, en ménage, en buanderie, à l’atelier,  permet de préserver une atmosphère proche de l’ambiance familiale. C’est aussi l’occasion, pour certains résidents de se sentir utile, d’avoir un rôle, d’être valorisé, en accomplissant certaines petites tâches au service de l’un ou de l’autre.

Ainsi, le fonctionnement de ces services vient enrichir le travail accompli par l’éducatif et le soin.

 

Les différents personnels de ces services ne sont pas seulement chargés de réaliser un acte technique. Dans leur travail, ils côtoient les résidents, entretiennent avec eux des relations respectueuses et attentives, relations qui peuvent les amener à apporter observations et remarques très utiles aux équipes éducatives.

 

Ils peuvent mettre à profit leur connaissance des résidents pour adapter leur travail aux habitudes, aux lieux, aux rythmes nécessaires à la stabilité de ces derniers. Proches des résidents, ils contribuent à leur sécurité en agissant directement, en signalant des anomalies, en avertissant les autres professionnels.

 

            2.2. Le Service  entretien 

 

Le Service a effectué la mise en place de trois équipes de travail intervenant  de manière distincte sur les unités de vie et les bâtiments , ce qui permet de mieux repérer les interventions des agents et leur suivi, en lien avec une  polyvalence toujours nécessaire. Il convient d’aller plus loin dans la remise à plat de la réflexion du fonctionnement du service ménage en lien avec l’ouverture au printemps 2009 du nouveau bâtiment.

Dix personnes sur les onze ont été formées à l’hygiène et à l’entretien des locaux.

 

D’autres actions d’  amélioration de l’organisation ont eu lieu concernant le fonctionnement de ce service, à l’exemple des fiches de travail quotidien par service, ou des fiches de travail ponctuel, mais surtout par la mise en place de deux intendantes une pour le Foyer de Vie, une pour le Foyer d’Accueil Médicalisé, chargées du bien vivre dans ces unités.

 

Trois axes principaux structurent le projet de service :

 

              - mise en place d’un plan d’hygiène particulier pour chaque équipe, avec des fiches  techniques, une

 

       organisation de travail simplifiée, une mise en place et un suivi d’un classeur de protocoles.

 

              - une gestion plus précise des consommations et des coûts, gestion dont les bases ont été mises en

 

      place en 2007.

 

              - un renforcement des liens avec les personnels éducatifs en regard des problématiques rencontrées sur les bâtiments.

 

La construction du nouveau bâtiment, amène  à envisager une nouvelle fonction de l’entretien des locaux pouvant se rapprocher  de celle de « maîtresse de maison ».

 

Enfin la mise en place d’une cuisine centrale à l’horizon 2010, la livraison des repas en liaison chaude et en liaison froide,  vont  nécessiter une formation des personnels en vue d’une réorganisation du travail et d’un réaménagement de leur fiche de poste.

 

           2.3. Le Service buanderie 

 

Reconstruit en 2000 avec une barrière aseptique, après une série de dysfonctionnements techniques, le Service Buanderie est engagé dans la démarche qualité.

Depuis 2006, la pesée quotidienne du linge permet de mieux traiter le linge par catégorie textile, par unité de vie,  et d’évaluer la production journalière avoisinant 200 kg.

En 2007, le marquage du linge est différencié du travail quotidien de lavage et de repassage. L’organisation du travail a été repensée en fonction de la présence de deux ou de trois agents présents.

La réflexion autour du projet de service de la buanderie, s’inscrit dans trois grandes directions :

 

                 - l’amélioration des conditions de livraison  par unité ou bâtiment du linge propre pouvant permettre moins de manutention, et s’inscrivant dans un respect rigoureux des normes d’hygiène.

 

                 - La mise en place d’un suivi et d’un contrôle informatisé des consommations de produits lessiviels et des autres données du service (quantité de linge, marquage…); une modernisation des fiches de contrôle d’hygiène.

 

                 - L’objectif de mettre en place sur chaque unité des locaux où lieux spécifiques pour le stockage du linge, notamment le linge sale.

 

 

 

          2.4. Le Service administratif.

 

                            L’Administration du Foyer les Thuyas est aujourd’hui organisée et structurée comme un service à part

                            entière, en lien étroit avec les autres services de l’établissement.

Le Service s’est doté de logiciels performants (AGIRH et PROGOR) pour améliorer le traitement de la paye et des plannings de service.

 

Le Projet de Service s’ordonne autour des axes suivants :

 

                  - parvenir à « zéro » erreur en matière de traitement de la paye. Entre autres moyens sont prévues des formations approfondies à destination des agents utilisateurs des logiciels ainsi que l’élaboration de procédures internes.

 

                  - renforcer le lien entre le service comptable et les coordinateurs des équipes ou des services pour le suivi financier de leurs activités.

 

                  - améliorer les outils financiers d’analyse pour aider aux choix décisionnels de l’équipe de direction.

     poursuivre la qualité de mise à jour régulière de la partie administrative du dossier des résidents.

 

      Une meilleure qualité d’échange interne au travers des réunions de service, un renforcement des liens avec le cadre du service.

 

Une réorganisation de l’administration  avec un renforcement du management doit venir étayer le Projet de Service.

 

 

          2.5. Le Service atelier et maintenance 

 

La mise en place depuis début 2007, d’un planning hebdomadaire des travaux et tâches à effectuer par les personnels de l’atelier, a permis d’enclencher une meilleure structuration du travail. De même,  le suivi et l’entretien du parc automobile de l’institution devenu conséquent, ont fait l’objet de protocoles et procédures.

Les objectifs du Projet de Service sont :

 

                   - Une meilleure maîtrise des règles de sécurité  et de construction pour les établissements recevant du public, afin de répondre aux exigences demandées, et d’être très performants dans le cadre de la protection des biens et des personnes (légionelle, sécurité incendie, installation électrique…) avec une traçabilité des interventions,

 

                    - L’achèvement de la rénovation du bâtiment Soleil-Levant,

 

                    - L’aménagement de l’entresol et du sous-sol de la nouvelle construction,

 

                    - La restructuration de l’actuel bâtiment "La  Maison »,

 

                    - L’aménagement du Central et des adaptations sur Save-Garonne,

 

                    - La refonte complète programmée sur plusieurs années de l’installation électrique de l’ensemble de l’établissement,

 

                    - L’évaluation permanente et annuelle des travaux d’entretien courant pour maintenir la structure à un bon niveau de confort,

 

     Pour faire face à ces objectifs, et notamment la réalisation de ces chantiers, le Projet de Service se donne comme axe d’amélioration :

 

                    - Améliorer la rigueur dans la tenue des plannings. La planification des travaux doit permettre de mieux anticiper leur déroulé, de disposer du temps pour mettre les fournisseurs en concurrence, trouver les meilleurs matériaux.

 

                    - Conforter la place et le rôle du personnel d’astreinte pour laisser  les autres professionnels sur les chantiers structurants.

 

Entre autres moyens, le Service, pour progresser sur ces axes d’amélioration, installera  un poste informatique et un accès Internet pour permettre un lien direct avec les fournisseurs et une souplesse dans la recherche des prix et des matériaux. D’autre part, des formations qualifiante sur des métiers techniques, en détection incendie  seront mises en place.

 

 

          2.6. Le Service cuisine

 

Formé aux méthodes HACCP, le service cuisine, réalise dans des conditions matérielles qui ne sont pas toujours optimales, des prestations hôtelières dont la qualité a progressé.

En lien avec une diététicienne, ce service doit intégrer des données  telles que le plaisir et le repère que représente la nourriture pour les résidents accueillis dans l’établissement et des contraintes diététiques, ou des exigences du Service Soins.

  

Pour les 5 professionnels de ce Service, une mutation importante est en train de s’opérer avec la réalisation de la cuisine centrale à l’initiative des Thuyas, de l’Essor et de la Mairie pour la cantine scolaire qui sera opérationnelle vers la fin de l’année 2010.

  

Trois personnels volontaires intègreront à leur demande l’effectif de la nouvelle cuisine centrale tout en gardant leur statut. Un agent partira en retraite dans la période d’ouverture de ce nouvel outil. Un cinquième agent intègrera le service entretien dans le nouveau bâtiment en lien avec les prestations hôtelières  qui y seront nécessaires.

  

Dans cette perspective de déménagement du Service Cuisine, le Projet de Service comporte des objectifs à court terme:

  

                       - rigueur et respect dans les modes opératoires,

 

                       - maîtrise des outils, des procédés, des autocontrôles,

 

                       -  engagement des actions correctives dans le cadre d’une démarche qualité,

      implication de tout le personnel dans le cadre de l’amélioration de la qualité et de la stimulation des sens : vue, goût, odorat,

 

                      -  renforcement du lien avec les équipes éducatives.

 

 

2.7. Le service de veille

 

Le vieillissement naturel des résidents, la nécessaire gestion des temps de non sommeil la nuit, nécessitent des personnels qualifiés  pour assurer la fonction de personnel de veille dans les différentes unités de l’établissement. Dans ce sens  l’orientation institutionnelle fixée est  de qualifier les professionnels en poste, d’embaucher dans le cadre des renouvellements des personnels, des professionnels disposant de la qualification d’AMP ou d’Aide-Soignant, d’organiser la formation sur le travail de nuit pour tous les personnels concernés.

 

Au 1er mars 2007 la qualification des 11  personnels de veille, était la suivante : 8 ASH, 1 Aide-Soignante, 1 AMP et 1 auxiliaire de puéricultrice.

Dans la mise en œuvre des orientations institutionnelles, en avril  2008 la répartition était devenue la suivante : 4 ASH,  3 Aide-Soignantes et une 4ème en Validation des Acquis de l’Expérience, 2 AMP et une 3ème en formation. L’objectif pour les années à venir est encore de renforcer cette orientation.

 

A l’écoute des résidents, disponible, rassurant, organisé, patient, favorisant l’endormissement et veillant au respect de l’intimité, le personnel de veille assure cinq  principales fonctions dans l’établissement  définies dans leur fiche de poste en mars 2008 :

  

                   - le relais entre équipe de jour et personnel de nuit,

 

                    - la garantie de la sécurité des biens et des personnes,

 

                   - la gestion des situations de crise,

 

                  - la garantie des conditions du repos nocturne,

 

                  - les liens avec les autres professionnels.

 

L’orientation prise au 1er trimestre 2008 de repositionner les personnels de veille de manière  fixe par bâtiment, va constituer également une avancée pour les résidents, leur besoin de repères, mais aussi pour l’interaction personnels éducatifs/personnels de veille.

 

Affecté pour une durée d’un an sur une unité de vie, le personnel de veille  s’autorise à interpeller la coordinatrice d’une unité de vie, ou l’infirmier référent pour toute question qu’il juge utile liée au comportement ou à un problème sanitaire d’un résident. Il peut demander une rencontre avec l’équipe pluridisciplinaire.

 

L’ouverture de la nouvelle construction au printemps 2009, accueillant les résidents les plus dépendants qui seront en chambre individuelle va amener, à réinterroger cette fonction veille dans l’institution en lien également avec le rôle de l’infirmier présent la nuit.

 



[1]  P.Ricoeur : « Le concept de responsabilité ».

 

      Chapitre 4 : Prospective  et conclusions

 

1.          Nous sommes toujours sur l’Humain

 

 

Nous avons tout au long de ces derniers mois arrêté des pistes de travail, des prospectives de développement, des protocoles pour élaborer des projets individualisés, des prises en charges adaptées.

 

Nous avons vu combien les questions de sécurité, de bientraitance, de respect animaient nos débats, nous obligeaient à ne jamais tomber dans la routine, à rester toujours en éveil. Combien aussi le rapport aux textes de loi en faveur des personnes handicapées, était prégnant.

 

Tout cela parait bien huilé, mais nous allons également vivre des contradictions qui vont sans doute nous ramener à la réalité de notre quotidien. Ce sont par exemple les effets parfois pervers des grilles d’observations qui sont proposées comme outils méthodologiques universels censés initier les projets individuels sur des bases supposées objectives et neutres.

Mais ces outils, s’ils sont certes utiles, devront faire l’objet d’une analyse critique car ils peuvent induire une vision préétablie de la personne handicapée, en positif comme en négatif.

 

Or au contraire, il nous semble que l’activité « d’observation », impose une attitude de renoncement à toute connaissance à priori des résidents, qui serait obligatoirement une rationalisation certainement destinée à lutter contre l’inconnu et l’inquiétant de ce qu’ils nous font vivre.

 

L’observation est donc avant tout « attention et patience », et il est important  de résister à toute tentative de « s’accrocher » à ce que l’on sait ou croit savoir, sur le résident, sa famille, sa pathologie. C’est être capable de tolérer cette frustration de ne pas savoir grâce à cette faculté rare de la « patience » maintenue, sans s’irriter et sans rechercher ou imaginer des faits et des réalités, de savoir écouter et entendre l’autre.

 

On aura bien évidemment saisi que nous n’avons pas de réponse toute faite et encore moins de recette ou de méthodologie universelle.

 

Nous proposons seulement une réflexion sur cette notion de projet individuel.

Un projet qui peut devenir une formule si nous n’y prenons pas garde et qui peut recouvrir une sorte d’incantation magique qui résiste rarement à l’épreuve d’un questionnement plus poussé sur la nature de ce projet et surtout qui fait le plus souvent l’impasse sur la clinique singulière du sujet.

 

Et c’est pourquoi, il nous faut savoir associer dans un même projet d’accompagnement, le soin, à des démarches éducatives et sociales, et en sachant que c’est au travers des gestes de la vie quotidienne que nous créons des repères, des liens affectifs. Et les équipes sont investies dans cette tâche souvent ingrate et peu valorisée « d’humanisation » au travers de gestes simples et ordinaires, tels que laver, habiller, nourrir, échanger un regard, une parole.

 

Elles inventent quotidiennement mille moyens pour s’accommoder de la lourdeur des déficiences, des troubles graves du comportement, de la prégnance des corps, de la fugacité d’une relation partagée, du trop précaire état de santé.

Elles y travaillent, elles y souffrent, elles sont parfois découragées, mais elles y font aussi l’expérience de la vraie rencontre avec cet autre si étrange qui nous conduit au cœur d’une humanité à la fois si lointaine et si proche de nous.

 

Elles y vivent aussi le lien affectif, à distinguer du lien d’amour que chacun peut établir avec la personne de son choix aussi primordial pour les résidents, à qui l’institutionnalisation fait courir le risque de n’être qu’un objet indifférencié dans une masse d’usagers.

 

C’est pourquoi, nous sommes à la fois ravis d’avoir travaillé à des objectifs et de pouvoir, à travers le document qu’est notre projet d’établissement le partager avec d’autres, mais nous en connaissons aussi sa fragilité. Tant que nous saurons respecter l’invariant humain dans la différence, alors nous serons toujours en train de courir après l’outil adapté.

 

C’est aussi pourquoi nous reprenons à notre compte cette réflexion de Philippe CHAVAROCHE : « A trop vouloir réduire l’impossible des métiers du soin psychique et de l’éducation, à du possible, voire du certain, nous risquons d’exercer sur les personnes très vulnérables, une nouvelle toute puissance, habillée des apparats d’une modernité technicienne qui n’a plus aucun doute sur la justesse de ses intentions. »

 

 

       2.Prospective :

 

 

Notre réflexion de prospective et de développement doit être abordée à partir,  d’une part de l’évolution des besoins des résidents dans le temps et, d’autre part, de l’évolution du contexte dans lequel s’insère le travail de l’établissement.

 

           2.1.prendre en compte l’évolution des besoins des résidents

 

L’évolution de la pyramide des âges et l’évolution de la relation avec la famille constituent deux données incontournables qu’une projection vers l’avenir doit prendre  en compte.

La prise en compte de cette évolution détermine les évolutions prévisibles du positionnement des Thuyas :

 

Le maintien aux Thuyas des résidents de plus de 60 ans. Cette orientation implique d’une part de construire  un travail avec les familles, pour connaître leurs  souhaits dans le cadre du décès d’un résident, pour respecter les volontés des proches, et d’autre part, de travailler avec l’hôpital de Gimont pour des situations semi urgentes ou d’hospitalisation.

 

La possibilité de séjours de mini hospitalisation à l’infirmerie pour des résidents en observation, en rupture passagère. Cette orientation implique une réorganisation de l’accueil à l’infirmerie ainsi  que la recherche d’une solution d’accueil des familles.

Cette orientation, de maintenir en cas de maladie les résidents le plus possible dans l’établissement, imposera de revisiter l’organisation du service soins, d’évaluer en conséquence les compétences nouvelles à acquérir pour les personnels.

 

 

L’accompagnement de fin de vie des résidents 

Il y a une démarche à initier avec les familles pour connaître leur desiderata sur cette question. Cette orientation sur les soins palliatifs doit générer un travail en réseau.

 

Si le vieillissement dans les années futures doit devenir un des principaux objets de notre intervention il faut y associer une réflexion continue qui lutte contre une forme « d’endormissement » des pratiques, ceci afin que notre établissement ne vive pas dans les années futures au rythme des bilans de santé des résidents, et trouve les ressources nécessaires pour proposer des projets toujours témoins de dynamisme et de vitalité. Il ne s’agit pas ici de nier le fait de l’avancée en âge des résidents, mais bien de se prévaloir d’une démarche fataliste qui serait néfaste à toutes formes d’actions.

 

 

Personnaliser davantage la vie quotidienne des résidents les plus autonomes constitue une autre orientation. En dehors du  vieillissement de la population des résidents, une autre se dégage de notre réflexion pour avancer vers :

 

L’arrivée prévisible de nouveaux résidents et de leurs familles nous demandera de faire preuve d’adaptabilité dans notre capacité à tisser de nouveaux liens de confiance avec des familles de résidents qui, soit viendront d’autres établissements pour adultes handicapés, soit de secteur psychiatrique, soit de secteur d’accueil d’enfant de type IME. Toutes avec des désirs nouveaux, des besoins et une perception de ce que devrait être l’accueil de leur enfant bien spécifique et singulière.

 

 

          2.2. Prendre en compte l’évolution du contexte

 

La prise de conscience plus collective dans la société sur la question de la dépendance interroge de manière massive. 2010 verra la suppression des barrières d’âge. On ne parlera plus d’enfants handicapés, d’handicapés adultes. Le Handicap sera « La » problématique. La politique départementale en direction des personnes âgées et handicapées a consacré à ces questions 12,13 Millions d’euros en 2002, et 37,36 millions d’euros en 2007. Si une péréquation tarifaire entre les départements urbains et les départements ruraux n’est pas mise en place : ces derniers rencontreront des difficultés financières pour financer les politiques sociales.

 

Le schéma gérontologique départemental que  va travailler le Conseil Général pour la période 2008/2014 aura des réflexions communes avec la question des personnes handicapées vieillissantes. La difficulté pour nous est de mener ce travail de prospective sans avoir de données sur les besoins au niveau départemental et local (partie Est du département). Comme établissement et comme service public, nous voulons être force de propositions pour pouvoir remplir des missions nouvelles dans le cadre de nos interventions. Par exemple, comment pourrions-nous envisager  avec des familles d’accueil qui se disent isolées,  un meilleur partenariat, des actions innovantes ?

 

D’autant que nous disposons de compétences et de moyens humains pour répondre à des besoins nouveaux et que nous ne voulons pas d’un établissement  qui deviendrait et serait cantonné comme étant « le spécialiste de l’accueil des personnes âgées handicapées ».

En conséquence, dans le cadre d’un positionnement d’ouverture sur l’extérieur clairement explicité, se dégage un certain nombre d’orientations sur lesquelles travailler :

 

Collaborer plus étroitement avec les partenaires du territoire. Nous nous proposons par exemple de  réfléchir avec la MDPH, avec le Centre Social de l’Isle-Jourdain à  la création possible d’une structure d’accueil de jour. Elle pourrait constituer une réponse pour alléger la prise en charge des familles ayant un adulte handicapé à domicile, permettre un accueil sur une journée, un week-end, durant des périodes de vacances.

 

                  - Faire des Thuyas, un lieu d’accueil, de parole pour ces familles,

                  - Pouvoir accueillir des groupes de résidents d’autres structures,

                 -Inventer, étudier des réponses du type petite structure innovante extérieure, studios individualisés soit au sein de la structure ou extérieurs à celle-ci, ou de semi-internat.

 

Une autre orientation complémentaire consiste à accueillir des résidents qui ont de la famille dans un périmètre comprenant le Gers et les départements limitrophes, pour ne pas  altérer les relations familiales. Il ne s’agit pas de se cantonner dans des tranches d’âges précises pour l’accueil de nouveaux, mais d’envisager l’arrivée durable de résidents relativement jeunes et de se rapprocher d’un équilibre hommes/ femmes.

 

Dans son environnement, l’établissement attache également de l’importance  à enrichir sa collaboration avec la municipalité de Monferran-Savès (partenariat avec le Centre de Loisirs,  collaboration à l’entretien du village…)

 

  

       3. Conclusions

 

 

Ce document, affichant de manière précise les choix de l’établissement pour les 5 années à venir a été réalisé sur plusieurs mois grâce à un Comité de Pilotage pluridisciplinaire, avec huit groupes de travail sur huit thématiques principales, de manière à associer à cette réflexion le plus grand nombre de professionnels des Thuyas, des familles et de partenaires.

 

Nous avons tenu, au-delà de cet écrit, à rappeler notre engagement auprès des résidents et de leur famille en insistant sur la qualité de l’accompagnement, le respect des personnes accueilles, le droit à l’information, le projet de les accompagner le plus loin possible dans l’avancée en âge (au-delà de 60 ans pour éviter tout déracinement).

 

Le travail autour de l’écriture de ce projet a permis à l’établissement de se prononcer sur un fonctionnement qui met en exergue :

 

- Une qualité de vie grâce à des petits groupes accueillant 8 résidents pas plus, accompagnés de 2 professionnels au minimum,

 

- La réalisation de projets personnalisés répondant au plus près aux besoins des résidents,

 

- Une vie institutionnelle mobilisant des professionnels en nombre suffisant et de mieux en mieux formés,

 

             - Un budget répondant à ces besoins.

 

L’établissement affiche aussi sa volonté d’un travail fructueux avec un réseau de partenaires prêts à partager un diagnostic de terrain sur des besoins repérés mais non encore satisfaits (accueil temporaire, travail sur l’isolement des parents, des familles d’accueil).

 

L’accueil des résidents les plus autonomes, en milieu de travail, (entreprises, fermes, mairies, services de proximité…) et se propose d’élargir ses missions dans le cadre d’une réflexion menée avec ses partenaires.

 

Ce projet d’établissement se veut donc être un outil de travail pour les 5 ans à  venir, mais aussi de lancement d’une réflexion sur l’ouverture de nouvelles missions.

 

La directrice de l’établissement remercie l’ensemble des professionnels qui se sont associés à ce travail, les familles et les partenaires qui nous ont accompagnés tout au long de cette réflexion.

 

 

       Annexes

                             Annexe 1

 

 

                             LE COMITE DE PILOTAGE

           Le Président de la Commission de Surveillance : 

           Mr Jean-Louis BAYLAC, Maire MONFERRAN-SAVES

 

           Les représentants du Service Soins : Dr Jean-Marc CHAVAROT, Mme Claudine PERES

 

           Les représentants de la Direction : Mme Béatrice CHAROLLOIS,  Mr François CANEZIN, Mme

           Marie- Josée GORTYCH, Mr René ORTEGA,

 

           Les représentants des Parents : Mr Pierre MONTET, Mme Martine CARRERE

 

           Les représentants du Personnel : Mme Christine TRENTO, Melle Marie-Pierre DOUGNAC

 

           La représentante des Résidents : Melle Louisa BENFISSA

Menu :

Cliquez sur le dossier de votre choix:

Projet d'établissement